Radio-identification ou RFID

Lors d’une sortie sur Bordeaux, j’ai vu une personne acheter des tickets de tram avec sa carte bleue en utilisant son code et pas le sans contact, par crainte d’un piratage de ses données.
Le même jour, j’ai été averti par un passager que ma carte de tram avait été décomptée d’un ticket (j’espère pas plus !) parce que j’étais trop près de la borne d’enregistrement.
Ce qui m’a amené à approfondir la question et à cet article.



La radio-identification
La radio-identification, RFID de l’anglais Radio Frequency IDentification, est une méthode pour mémoriser et récupérer des données à distance en utilisant des marqueurs appelés « radio-étiquettes ».

Carte du tram de Bordeaux

Les radio-étiquettes sont de petits objets, tels que des étiquettes autoadhésives, qui peuvent être collés ou incorporés dans des objets ou produits et même implantés dans des organismes vivants : animaux, corps humain.

Les radio-étiquettes comprennent une antenne associée à une puce électronique qui leur permet de recevoir et de répondre aux requêtes radio émises par l’émetteur-récepteur.

Wikipedia
https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Radio-identification

Les fréquences
Les basses fréquences : 125 khz à 134 kHz (BF),
Utilisée dans les étiquettes des ovins et bovins, dans l’industrie alimentaire en suivi de cagette et conteneurs. Robuste face aux environnements type métal.

Les hautes fréquences : 13,56 MHz (HF).
ISO 14443 A/B
Distance de lecture inférieure à 10 cm, lecture de la carte présentée et pas celles aux alentours. Passeport, paiement sans contact.

ISO 15693
Distance de lecture de 30 cm avec lecteur adapté, muni d’une grande antenne. Peut contenir une quantité de mémoire importante. Application : traçabilité de palettes sur des convoyeurs industriels.

Les ultra hautes fréquences : 850-960 MHz (UHF).
Identification unique d’un produit de sa production jusqu’à sa vente. Objectif : lire une étiquette à grande distance (une dizaine de mètres), notamment dans l’industrie. Peu chère autour de 12 centimes d’euros l’étiquette.
Remplacera le code barre imprimée à brève échéance.

Utilisation
Les télépéages, l’accès aux transports publics, le paiement sans contact, l’identification et la traçabilité d’objets (inventaire de grands magasins par exemple), les contrôles d’accès, les passeports biométriques, les antivols, la gestion des déchets ménagers, le marquage d’êtres vivants (plantes, animaux d’élevages, êtres humains).

Théories complotistes
Il y a beaucoup de phantasmes qui circulent sur les puces RFID dans la sphère complotiste.

Malgré l’absence de preuves, en mai 2021, un sondage YouGov réalisé auprès de 1640 personnes a révélé que 28 % des Américains pensaient que M. Gates voulait utiliser des vaccins pour implanter des puces électroniques dans le corps humain – ce chiffre atteignant 44 % chez les républicains.
https://www.bbc.com/afrique/monde-55332157

La RFID, c’est dangereux ?
Une étiquette RFID est passive. Elle n’embarque aucune source d’énergie et n’émet aucune onde. Donc elle n’est pas dangereuse pour la santé lorsqu’on la porte sur soi.


Les lecteurs, eux, en émettent, à faible portée. Il en va de même pour les étiquettes actives, peu répandues, qui s’apparentent à des réseaux de capteurs.
Respect de la vie privée : des dérives sont possibles, mais l’usage des RFID est encadré par des lois et des réglementations.
https://interstices.info/la-rfid-cest-dangereux/

Un « pickpocket numérique » s’approchant de vous peut-il scanner le portefeuille dans votre poche, dans un tram bondé par exemple, sans que vous vous en rendiez compte ? C’est en théorie possible.


Certains téléphone portable sont muni de la technologie NFC et peuvent scanner et enregistrer avec précision le numéro complet et la date d’expiration d’une carte de crédit qui se trouve dans votre poche. Il faut quand même qu’il soit à moins de 10 cm de la carte.
Les transactions frauduleuses sont très rares et le risque est faible mais c’est techniquement possibles. Il est prudent de mettre sa carte dans un portefeuille anti-RFID qui bloque les ondes radio et protège contre les connexions non autorisées.


Sans tomber dans la paranoïa, il existe 3 sortes de protection : la carte qu’on place dans son portefeuille parmi les autres, l’étui individuel de protection d’une carte et le porte feuille anti-rfid.



Écriture et lecture d’une puce RFID
Ils ne coûtent pas trop cher, 11€ pour un basic à la fréquence de 125kHz. Pour toutes les fréquences il faut compter environ 30€ et au-dessus.
Sujet à approfondir. Dans un autre article peut-être.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :